Nous, lycéennes, lycéens,

Nous sommes aujourd’hui les victimes du désastre annoncé de la Plateforme Parcoursup et de la loi dite « Orientation et Réussite Étudiante ». Nous appelons dès aujourd’hui à une mobilisation massive des lycéen·ne·s dès la rentrée prochaine, en septembre 2018. Cette année, la rentrée n’aura pas lieu.

En effet, loin d’avoir répondu aux attentes les plus élémentaires des lycéen·ne·s, la plateforme Parcoursup n’a fait qu’opérer une véritable sélection sociale, écartant ainsi les classes populaires du droit d’accès à l’enseignement supérieur. Cette réforme entrave l’un des droits qui a régi notre République depuis des décennies : celui de l’ascenseur social déjà bien en panne. Parcoursup n’est pas une quelconque forme de méritocratie ; mais une forme de ségrégation géographique et sociale. Pour que cette sélection injuste cesse, la rentrée n’aura pas lieu.

Ce sont 75 000 lycéen·ne·s qui n’ont reçu aucune proposition ou qui ont démissionné de Parcoursup. Le Gouvernement sacrifie ainsi 1 lycéen·ne sur 10. Cette politique n’est pas celle réclamée et plébiscitée par nous, lycéennes et lycéens. Les cures d’austérités drastiques de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ont imposé la sélection à l’entrée de l’université. Pour défendre ce service public, la rentrée n’aura pas lieu.

Pouvons-nous concevoir, en 2018, que l’enseignement supérieur soit réservé à toujours la même classe de la société, celle la plus favorisée ? Pouvons-nous accepter que 2 lycéen·ne·s sur 3 (soit 480 000 personnes) n’aient pas reçu de “voeux convenables” à 3 jours des épreuves du baccalauréat ? Nous refusons tout cela, nous sommes résolu·e·s à mener le combat, la rentrée n’aura pas lieu.

Nous, lycéennes et lycéens, sommes habité·e·s par l’intime conviction que chaque bachelier·ère doit pouvoir choisir ses études. À cette politique injuste qui a déjà témoigné de son inefficacité, cet appel entend mettre un terme. Ce constat appelle à une juste révolte, la rentrée n’aura pas lieu.

En conséquence, les lycéen·ne·s se mobiliseront massivement par des blocages et des manifestations à partir du 3 septembre. Notre détermination est sans limite, la rentrée n’aura pas lieu.

Nous revendiquons le droit de pouvoir choisir nous-même les études de notre choix : 1 bachelier·ère doit avoir une place dans la licence qu’elle ou il souhaite intégrer. Pour parvenir à cet objectif réaliste, nous appelons par conséquent le gouvernement à la raison. Nous exigeons le retrait de la loi ORE et du “Plan Étudiants”. Parce que le gouvernement nous a trahi·e·s, cette année, la rentrée n’aura pas lieu.

    Nous appelons les lycéen-ne-s, les organisations lycéennes, étudiantes et professionnelles et politiques à se joindre à cet appel pour que cette mobilisation soit la plus forte possible.

Collectif lycéen “Pas de Rentrée”

Catégories : ACTUALITE